Lors d’un tournoi d’échecs, les joueurs doivent noter leurs coups sur une feuille de partie, car les parties sont ensuite entrées dans une base de données, ce qui permet d’en garder une trace, et d’avoir une preuve en cas de contestation.

Sur cette feuille de partie, les joueurs doivent inscrire leurs noms, la date, le numéro de la ronde, et le résultat de la partie. Pour éviter les contestations, les joueurs doivent signer la feuille de partie.

Pour noter les coups, la feuille de partie comporte deux colonnes, une pour les coups des blancs, une autre pour les coups des noirs.

Pour retranscrire les coups joués, on utilise la notation algébrique abrégée.

Son principe est simple: on note l’initiale de la pièce qui se déplace (R pour le Roi, par exemple) et sa case d’arrivée.

Si l’on déplace un cavalier en c3, par exemple, on notera Cc3.

Le pion, cependant, est une exception: si un pion se déplace, on ne notera pas l’initiale, seulement la case d’arrivée. Ainsi, si un pion se déplace en e4, par exemple, on ne notera pas Pe4, mais simplement e4.

Lorsqu’il s’agit d’une prise, on intercale un “x” entre l’initiale de la pièce et sa case d’arrivée. Par exemple, si un fou prend une pièce située en d3, on notera Fxd3.

Cependant, dans le cas d’une prise par un pion, on ne peut noter “xf4”, par exemple. On doit alors préciser la colonne sur laquelle se trouvait le pion avant de prendre. Exemple: si un pion se trouvant sur la colonne a prend une pièce en b6, on note axb6.

Le roque a une notation particulière: dans le cas d’un petit roque, on note 0-0 et dans le cas d’un grand roque 0-0-0.

Quand il s’agit d’une promotion, on note le coup du pion comme s’il se déplacait normalement, mais on ajoute à la fin l’initiale de la pièce en laquelle il est promu. Exemple: si un pion avance en h8 et qu’il est promu en tour, on notera h8T.

Dans le cas d’un échec, on ajoute simplement un “+” après le coup. Exemple: si une dame va en h6, et qu’elle met le roi en échec, on note Dh6+.

Lors d’un échec et mat on ajoute seulement “#” après le coup. Exemple si on déplace une tour en g3 et que le roi adverse se retrouve alors en échec et mat, on notera Tg3#.

Dans le cas d’une prise en passant, on note la prise du pion normalement, mais on ajoute e.p. (en passant) après le coup. Exemple si un pion de la colonne f prend en passant un pion qui avance en g5, on notera fxg6 e.p. (g6 et non pas g5, car le pion se déplace sur la case située derrière le pion qu’il vient de prendre en passant).

Si deux pièces de même type (ex: deux cavaliers) et de même couleur peuvent se déplacer sur la même case, on doit préciser laquelle des deux a effectué le mouvement, en indiquant la colonne sur laquelle se trouvait la pièce déplacée.

Exemple: si l’on déplace le cavalier de la colonne d en c3, mais qu’un autre cavalier de même couleur peut également s’y déplacer, on doit noter Cdc3.

Chaque pays a sa propre notation, mais il n’y a qu’une seule chose qui diffère: c’est l’initiale des pièces, car les pièces n’ont pas le même nom dans chaque langue. C’est pourquoi, lorsqu’on fait un tournoi à l’étranger, on ne peut utiliser la notation française, on doit utiliser la notation anglaise, dite internationale.

En notation anglaise,

Tour:  Rook , initiale: R

Fou: Bishop , initiale: B

Dame: Queen , initiale: Q

Roi: King , initiale: K

Cavalier: Knight , initiale: N (K est déjà utilisé pour le roi)