1) IIIe-VIe siècle: Le Shatranj, un ancêtre du Jeu

On considère généralement que les échecs sont issus du Shatranj, un jeu d’origine asiatique, inventé en Inde en Chine ou au Moyen-Orient (on ne connaît pas l’origine précise du Jeu) selon les sources.

Il existe de nombreuses légendes concernant l’invention de ce jeu, comme par exemple la légende de Sissa qui l’aurait inventé pour son roi, et qui lui aurait ensuite demandé une récompense démesurée.

Il existe aussi des légendes racontant l’existence d’un jeu d’échecs qui se jouerait à quatre avec un dé.

Le Shatranj:

Cependant, on possède bien peu d’informations concernant le Shatranj et son rapport avec les échecs.

2) VIIe-XVe siècle: Arrivée en Europe et évolution du jeu.

Quand les arabes ont envahi la Perse au IXe siècle, ils en ont ramené le Shatranj. Celui-ci se développe alors dans le monde arabe et évolue pour devenir ce qui sera plus tard le jeu d’échecs.

Durant le IXe et le Xe siècle, le Shatranj devient très populaire dans le monde arabe, et les premières compétitions ont alors lieu, ce qui laisse apparaître des premiers champions. Un exemple connu en est le célèbre Al-Adli, qui fut un fort joueur au IXe siècle, et qui est l’auteur d’un traité sur le Shatranj,  l’une des seules sources concernant l’origine du jeu.

Le jeu de l’époque (Shatranj) est déjà très similaire au jeu d’échecs, avec seulement quelques différences concernant le nom des pièces et leur déplacement (par exemple: le fou était appelé Faras=éléphant, la tour était appelée Roukh=char de guerre, et la dame, Vizir=conseiller).

Au Xe siècle, le jeu arrive finalement en Europe, où il va évoluer et donner naissance au jeu d’échecs.

Les règles du jeu vont s’adapter à la société de l’époque (les pièces vont devenir plus mobiles, leurs mouvements plus longs, ce qui est lié à l’arrivée, en Europe, de la poudre à canon…etc.), et le nom des pièces adapté: le Roukh deviendra roc (ce qui a donné le roque, en francais, et rook, qui désigne la tour en anglais), par exemple.

Templiers.jpg
Deux templiers jouant aux échecs

3) XVIe-XVIIIe siècle: Règles fixes et développement de la littérature échiquéenne

Vers 1650, apparaissent des traités qui fixent les règles du jeu comme on le connaît aujourd’hui. La littérature échiquéenne connaît alors un essor considérable, et on assiste à l’élaboration de la théorie échiquéenne. C’est alors qu’apparaissent les premières ouvertures et les premiers tournois d’échecs (non-officiels).

*ouverture: premiers coups d’une partie d’échecs.

Quelques joueurs de l’époque sont restés célèbres jusqu’à aujourd’hui, comme par exemple, Gioachino Greco (un joueur italien du XVIe siècle dont on a retrouvé quelques parties) ou encore, François-André Philidor (un joueur français du XVIIIe siècle, qui a écrit des livres toujours lus de nos jours).

Philidor-L‘Analyse_du_Jeu_des_Echecs.jpg
L’un des livres écrits par Philidor

4) XIXe siècle: Premiers champions du monde officiels

Durant le XIXe siècle le jeu d’échecs connaît un essor considérable, c’est à cette période qu’apparaissent les premiers tournois officiels qui mettent en avant les plus forts joueurs de l’époque.

Des joueurs comme Morphy, Löwenthal, La Bourdonnais, Anderssen, McDonnell, et Zukertort sont devenus célèbres par les parties qu’on a retrouvé d’eux.

La partie disputée entre Paul Morphy et le Duc de Brunswick (aidé par le comte Isouard), lors d’un opéra, en est un bon exemple.

Paul_Morphy_1854.jpg
Paul Morphy en 1854

Le premier championnat du monde officiel eut lieu en 1886, il opposa deux joueurs considérés comme les meilleurs de l’époque: le polonais Johannes Zukertort, et l’autrichien Wilhelm Steinitz. Ce dernier battit Zukertort et devint le premier champion du monde officiel.

Steinitz-Zukertort1866.jpg
   Steinitz contre Zukertort en 1886

5) XXe siècle: développement du jeu en URSS et premières grandes écoles

Durant la deuxième moitié du XXe siècle, la Guerre Froide qui opposait les États-Unis à l’URSS a poussé ces derniers à vouloir montrer leur supériorité et leur domination dans différents domaines. Les échecs, considérés comme un sport intellectuel ont été l’objectif n°1 de l’URSS, qui se sont appliqués à faire en sorte que le champion du monde soit un joueur russe.

De plus, la création des usines en URSS (voulue par Staline) a fortement popularisé les échecs auprès des ouvriers. En effet, ce jeu était leur principale distraction pendant les pauses. Par la suite, de nombreux clubs se sont formés au sein des usines, et la première grande école d’échecs a ouvert ses portes à Moscou à l’initiative de Botvinnik, champion du monde de 1948 à 1963.

Suite à cela, de nombreuses écoles et universités d’échecs ont vu le jour en URSS et aux États-Unis.

Cette période a également vu l’apparition des premiers ordinateurs d’échecs, dont la supériorité a été démontrée par la défaite, en 1997, de Kasparov (14e champion du monde) contre Deep Blue (premier ordinateur d’échecs).

Botvinnik_1936.jpg
     Mikhaïl Botvinnik en 1936