Paul Morphy (1837-1884)

Paul Morphy est un fort joueur américain du XIXe siècle qui a battu tous les meilleurs joueurs américains de l’époque. Il décide alors de se rendre pour affronter les plus forts joueurs de l’époque. Il finit même par battre Johann Löwenthal et Adolf Anderssen, les meilleurs joueurs européens du début du siècle.

PaulMorphySittingLookingChessboard.jpg

Adolf Anderssen (1818-1879)

Adolf Anderssen était considéré comme le meilleur joueur d’échecs en 1851 lorsqu’il remporta le célèbre tournoi de Londres. Il est connu pour son style de jeu hyper-agressif, qui ne l’a pourtant pas empêché de perdre contre Morphy en 1958.

Adolf_Anderssen.jpg

Wilhelm Steinitz (1836-1900)

Wilhelm Steinitz est un fort joueur d’échecs autrichien, il est devenu le premier champion du monde officiel après avoir battu Zukertort en 1886.

Auparavant, il avait déjà battu les plus forts joueurs (anderssen, Blackburne…etc.), ce qui avait fait de lui le joueur le plus respecté de l’époque.

Il défendit victorieusement son titre contre Tchigorine à La Havane en 1889, et refusa d’affronter les autres joueurs qui le défiaient pour le titre, car il jugea leur niveau insuffisant.

Néanmoins, il finit par rencontrer Emmanuel Lasker, contre qui il perdit son titre en 1894, et il ne parvint pas à le récupérer lors du match-revanche.

Il est considéré aujourd’hui comme l’un des premiers spécialistes de la stratégie échiquéenne.

Wilhelm_Steinitz2.jpg

Emmanuel Lasker (1868-1941)

Emmanuel Lasker est un joueur d’échecs allemand, qui remporta ses premiers succès dans les années 1890. Il décida alors de se rendre en Amérique, où résidait le champion du monde, Steinitz. Il parvint à le battre en 1894, devenant ainsi le deuxième champion du monde. Il battit ensuite Steinitz au match-revanche en 1896.

En 1907, il dut affronter l’Américain Frank James Marshall pour défendre son titre, ce qu’il fit sans grande difficulté.

Lors du tournoi de St Petersbourg en 1909, le polonais Rubinstein parvint à le battre, ce qui laissa planer le doute.

Cependant, il défendit de nouveau son titre contre l’Allemand Siegbert Tarrasch en 1908.

L’Autrichien Carl Schlechter le défia aussi en 1910, mais il fut vaincu, et Lasker conserva son titre.

Ce n’est qu’à la fin de la Première Guerre Mondiale, en 1921, que Lasker fut défié de nouveau. Cette fois, cela venait du très fort cubain, José Raoul Capablanca. Le match fut organisé à La Havane, et Lasker y connut une défaite écrasante contre le cubain. Il abandonna le match avant la fin et Capablanca devint champion du monde.

Il est néanmoins le champion du monde qui a régné le plus longtemps: 27 ans au total.

Il avait un style particulier, qui consistait à jouer en fonction de l’adversaire et à le contrer sur ses points forts.

lasker.jpg

Akiba Rubinstein (1882-1961)

Akiba Rubinstein est un joueur polonais qui est réputé pour son jeu stratégique et sa grande compréhension de la position.

Il a remporté de nombreux tournois entre 1907 et 1912, et a obtenu le titre de Grand -Maître-International en 1950, alors qu’il avait fini sa carrière.

rubin.jpg

José Raoul Capablanca (1888-1942)

José Raoul Capablanca est un joueur d’échecs cubain, qui à l’age de 13 ans a réussi à battre le champion de Cuba.

En 1911, il se fait connaître en gagnant le fort tournoi de San Sebastian où il devança plusieurs forts joueurs tels que Rubinstein ou Schlechter.

En 1921, il réussit à battre le champion du monde, Emmanuel Lasker, et devint ainsi le troisième champion du monde.

Il remporta également le célèbre tournoi de New York juste devant Alekhine, le futur champion du monde.

En effet, la même année, Capablanca fut défié par Alexandre Alekhine. Le match eut lieu à Buenos Aires, il fallut au total, 35 parties pour les départager. Alekhine en sortit vainqueur et fut déclaré champion du monde.

Par la suite, Capablanca réclama un match-revanche, mais Alekhine refusa, de peur de perdre son titre.

Après cela Capablanca gagna encore plusieurs forts tournois (comme celui de Moscou, en 1936), mais il parvint jamais à obtenir un match-revanche.

Capablanca est devenu célèbre pour son jeu positionnel très développé et pour ses grandes capacités techniques en finale.

*finale: fin de partie, lorsqu’il ne reste que peu de pièces sur l’échiquier

De nombreux forts joueurs le considèrent aujourd’hui comme l’un des joueurs le plus talentueux de tous les temps. En effet, il est resté invaincu entre 1917 et 1923, et ne faisait pratiquement aucune erreur. Il dit lui-même n’avoir jamais ouvert un livre d’échecs, mais il est l’auteur d’un livre célèbre (dans le monde des échecs), Principes Fondamentaux du Jeu d’Échecs, J-R. Capablanca.

Capablanca.jpg
Alekhine_Capablanca_1927.jpg
     Alekhine contre Capablanca en 1927

Aaron Nimzowitsch (1886-1935)

Aaron Nimzowitsch est un fort joueur russe, qui s’est distingué en remportant de nombreux tournois à la fin des années 20 et au début des années 30.

Il est le fondateur de l’école hyper-moderne, un nouveau point de vue sur la théorie échiquéenne. De plus, il est l’auteur de plusieurs livres d’échecs tels que Le Blocage, Mon Système, et Pratique de mon Système.

Aron_Nimzowitsch2.jpg

Alexander Alekhine (1892-1946)

Alexander Alekhine est un joueur russe, naturalisé francais en 1927. Il remporte ses premiers tournois juste avant la Première Guerre Mondiale.

Après la révolution de Russie, Alekhine devient champion d’URSS (en 1919 et 1920), mais il est arrêté par la police secrète et finit en prison où il aurait disputait une partie avec Léon Trotski.

Il échappe finalement à la peine de mort et sort de prison. En 1921, quitte l’URSS et n’y retourne plus. 

Il remporta de nombreux tournois durant les années 20, ce qui lui fit affronter Capablanca en 1927.

Alekhine gagna le match et devint le quatrième champion du monde.

Il refusa par la suite d’affronter Capablanca, ce qui lui permit de garder son titre.

Il choisit à la place d’affronter son compatriote Efim Bogoljubov, qu’il battit à deux reprises (en 1929 et en 1934)

En 1935, il choisit d’affronter le champion néerlandais, Max Euwe.

Contre tout attente, Euwe remporta le match et devint champion du monde. Cette défaite surprise est principalement due au problèmes d’alcoolisme dont souffrait Alekhine. Cependant, il parvint à surmonter ce problème, et il gagna le match-revanche en 1937, ce qui lui permit de reconquérir le titre.

Pour choisir le nouveau challenger d’Alekhine, un tournoi fut organisé entre les 8 meilleurs joueurs du monde. Ce tournoi fut remporté par Botvinnik, mais la Seconde Guerre Mondiale dérengea les préparatifs du championnat qui fut reporté en 1946.

Mais Alekhine n’aura pas eu l’occasion d’affronter son challenger, puisqu’il mourra en mars 1946.

Alekhine est réputé pour son style ultra-agressif, et son goût de l’attaque.

alek.jpg

Mikhaïl Botvinnik (1911-1995)

Mikhail Botvinnik est un joueur d’échecs soviétique, sixième champion d’échecs. Il fut proclamé Maître en 1927, et remporta de nombreux tournois au début des années 30, comme par exemple, le championnat d’URSS. En 1946, il devait affronter Alekhine pour la conquête du titre mondial, mais ce dernier décéda subitement quelques mois avant. Un tournoi fut alors organisé pour décider qui obtiendrait le titre, trois Occidentaux et trois soviétiques furent invités, dont Botvinnik. Il remporta facilement le tournoi avec 14/20 points et fut déclaré champion du monde en 1948. Cette victoire d’un soviétique, fut la première d’une longue série, et elle fut comme l’inauguration de la domination soviétique sur le monde des échecs, domination qui se poursuit encore aujourd’hui (la Russie est première au classement des nations de la FIDE).

En 1950, Botvinnik fut nommé Grand-Maître-International, et un an plus tard, il dut défendre son titre contre David Bronstein, ce qu’il fit avec succès.

Il défendit de nouveau son titre contre Vassily Smyslov en 1954, grâce à un match nul (score: 12-12).

Cependant il perdit son titre contre Smyslov en 1957, mais le regagna au match-revanche en 1958.

Il reperdit de nouveau son titre contre Mikhail Tal en 1960, et le regagna lors du match-revanche l’année suivante, profitant des problèmes de santé de son adversaire.

En 1963, Botvinnik rencontra un nouveau concurrent qui lui ravit définitivement son titre: Tigran Petrossian.

botvinnik1962.jpg

Vassily Smyslov (1921-2010)

Vassily Smyslov est un joueur d’échecs soviétique et un brillant chanteur d’opéra.

Il a été plusieurs fois candidat au titre mondial, et il fut nommé Grand-Maître-International en 1950. Il est devenu septième champion du monde en 1957 après avoir battu Botvinnik, mais il reperdit le titre, lors du match-revanche.

Vassily_Smyslov_in_1954.jpg

Mikhaïl Tal (1936-1992)

Mikhail Tal est un joueur d’échecs d’échecs letton (devenu soviétique en 1944).

À la fin des années 50, il devient champion d’URSS et remporte de nombreux tournois. En 1960, il est challenger au titre mondial, et devient huitième champion du monde en gagnant contre Botvinnik, à seulement 23 ans. Seulement, il reperdit son titre lors du match-revanche en 1961, à cause de problèmes de santé. Tal est surnommé “magicien de Riga”, en raison de son style de jeu très agressif. Il également connu pour avoir était un buveur et un grand fumeur, ce qui va causer sa perte.

Tigran Petrossian (1929-1984)

Tigran Petrossian est un joueur d’échecs arménien (donc soviétique, à l’époque).

Il fut nommé Grand-Maître-International en 1952, et se qualifia plusieurs fois pour le Tournoi des Candidats dans les années 50. En 1963, il se qualifia au championnat du monde contre Botvinnik. Il finit par le battre et devint le neuvième champion du monde. En 1964, la FIDE supprima le droit à un match-revanche, et Petrossian n’affronta plus Botvinnik.

En 1966, il défendit son titre contre Boris Spassky après n’avoir gagné qu’une seule partie, et fait 23 matchs nuls. 

Cependant, il dut de nouveau défendre son titre contre Spassky en 1969, ce qu’il ne réussit pas, puisqu’il fut battu et perdit son titre après un match très serré.

Il tente de reconquérir le titre en 1971, mais est éliminé par Bobby Fischer en finale du Tournoi des Candidats.

Il réessaya plusieurs fois de se qualifier pour le championnat du monde, mais il fut éliminé à chaque fois par le soviétique, Viktor Kortchnoï.

Petrossian avait un style de jeu très particulier: il se défendait pendant des heures, et attendait que l’adversaire fasse une erreur, au lieu d#attaquer lui-même.

petrossian.jpg

Viktor Kortchnoï (1931-2016)

Viktor Kortchnoi est un joueur d’échecs soviétique, puis suisse. Il obtint, en 1956, le titre de Grand-Maître-International à l’âge de 25 ans. Il fut pendant longtemps l’un des meilleurs joueurs du monde, et il possède certainement un palmarès des plus impressionnants.

Son enfance fut assez difficile, et dérangée par les conflits de la Seconde Guerre Mondiale. Néanmoins il put, dès l’âge de sept ans, bénéficier du soutien des meilleurs entraîneurs ce qui lui permit, en 1947, de gagner le championnat d’URSS junior (moins de 20 ans). En 1949, il devint Candidat-Maître après avoir réalisé une superbe performance au premier échiquier de l’équipe de Leningrad (son club), lors du championnat d’URSS par équipes.

Il obtint le titre de Maître-International, à l’âge de 23 ans, en 1954. Il refusa d’ailleurs l’aide d’un entraîneur réputé: Tolouch, et obtint le titre sans l’aide de personne. Cependant, il encaissa de nombreuses défaites durant cette période, et après s’être reposé plusieurs, il revint sur la scène mondiale gagnant de nombreux grands tournois, ce qui lui valut d’être titré Grand-Maître-International.

Durant les années 50, il battit de nombreux grands joueurs de l’époque, dont le futur champion du monde, Mikhail Tal.

En 1960, il gagna le championnat d’URSS, et fut sélectionné pour jouer dans l’équipe de l’URSS, qui remporta (avec son aide), les olympiades de 1960.

Entre 1960 et 1970, il gagna quatre fois le championnat d’URSS, mais de 1963 à 1969, lorsque Petrossian était champion du monde, il ne joua que peu de tournois et fut mis à l’écart.

Il participa ensuite le Tournoi des Candidats 1971 en battant les plus forts joueurs tels que Spassky, mais il connut des difficultés lorsque ses entraîneurs le quittaient pour rejoindre le nouveau prodige soviétique, Anatoly Karpov.

En 1971, Kortchnoi alors âgé de quarante ans, décida de changer de mode de vie: il commenca à faire du sport, arrêta de fumer, et de boire. C’est ainsi qu’il parvint, la même année, à battre l’ancien champion du monde, Petrossian.

Trois ans plus tard, en 1974, Kortchnoi se qualifia pour la finale du Tournoi des Candidats avec Karpov. Cependant, Karpov était plus conforme aux volontés de l’URSS, ce qui lui valut d’être favorisé: il avait de meilleurs entraîneurs, bénéficiait du soutien du gouvernement…etc.

Kortchnoi, cependant, n’accepta pas ce favoritisme, et comprit qu’il devait quitter l’URSS. En 1975, lorsque Karpov dut affronter Fischer, le champion du monde, Kortchnoi refusa de l’aide, ce qui lui coûta très cher il fut sévèrement sanctionné par la FIDE et l’URSS: il n’avait plus le droit de faire des tournois pendant un an, son appartement fut mis sous écoute…etc.

L’année suivante, il fut autorisé à participer à un tournoi néerlandais, et en profita pour demander l’asile politique, ce qui lui permit de rester là-bas. Cependant, un boycott fut instauré contre lui, de nombreuses condamnations furent signées, et sa famille gardée en otage.

En 1978, Kortchnoi parvint quand même à se qualifier au championnat du monde à Baguio (Philippines), durant lequel Karpov (le champion du monde), soutenu par l’URSS utilisa des méthodes psychologiques pour déstabiliser son adversaire, et remporta le match 5-4. Cette même année, il décida de s’installer en Suisse, où il obtint l’asile politique.

Néanmoins, il perdit le match de championnat du monde contre Karpov à Merano (Italie), en 1981.

C’est également durant ces années là que la FIDE le classa n°2 mondial, derrière Karpov.

Au début des années 80, le boycott se relâcha, et Kortchnoi remporta de nombreux tournois, mais fut éliminé du Tournoi des Candidats par Kasparov, en 1984.

Durant les années 90, Kortchnoi put revenir en Russie (l’URSS fut dissoute en 1992), et même s’il avait déjà un âge assez avancé (plus de 60 ans), il gagna plusieurs prestigieux tournois dont le championnat du monde vétérans (plus de 55 ans), en 2006.

Son immense palmarès comprend plus de 220 tournois gagnés, et Fischer (11e champion du monde) disait de lui: “S’il y a une personne que je craignais, c’était Kortchnoï. Je ne comprends pas du tout ses coups et je ne sais pas comment jouer contre lui.”

Kortchnoi était avant tout connu pour son style polyvalent et sa grande persévérance. Il se contentait rarement d’un match nul, et conservait toujours une concentration sur humaine, et un sang-froid extraordinaire, même s’il ne lui restait que quelques secondes à la pendule.

Viktor_Korchnoi_1972.jpg

Boris Spassky (1937- Aujourd’hui)

Boris Spassky est un joueur d’échecs soviétique, puis francais. Durant sa jeunesse, il est considéré comme un prodige, et en 1952, à l’âge de seize ans, il obtient le titre de Maître International. En 1954, il devient champion du monde junior, et Grand-Maître International (à l’âge de 18 ans). En 1961, il devient champion d’URSS, et en 1966, il se qualifie pour le championnat du monde, qu’il perd contre Petrossian.

La deuxième tentative sera la bonne, puisqu’il remporte le championnat du monde 1969 sur le score 12.5-10.5, devenant ainsi dixième champion du monde.

Cependant, il ne l’est pas resté longtemps, puisqu’en 1972 eut lieu un champion du monde mémorable à Reykjavik (Islande), qui opposait, en pleine Guerre Froide, un Soviétique (Boris Spassky) et un Américain (Bobby Fischer). Celui-ci se termina par la victoire de l’Américain, Bobby Fischer, sur le score 12.5-8.5.

Par la suite, Spassky gagna encore quelques tournois, mais ses graves problèmes l’ont contraint à se retirer de la compétition. Il réside maintenant dans un centre de remise en forme, à Moscou.

spassky 1969.jpg

Bobby Fischer (1943-2008)

Bobby (ou Robert James) Fischer est un joueur d’échecs américain, naturalisé islandais, en 2005. Au début, il eu du mal à se démarquer: à l’âge de douze ans, il ne finit que cinquième au tournoi du club, mais il arrive cependant à se trouver un entraîneur, qui va le pousser à jouer les compétitions, et à se consacrer aux échecs.

En 1955, il change de club pour rencontrer des joueurs plus forts, c’est alors que commence sa progression. L’année suivante, il termine cinquième à l’open de New York, et devient, quelques mois après, champion des États-Unis junior. Il remporte en 1957 (à l’âge de 14 ans), le championnat des États-Unis adultes, ce qui le fait apparaître sur la scène mondiale, et lui permet d’obtenir le titre de Grand-Maître International l’année suivante (à 15 ans). Il remporta ensuite plusieurs grands tournois, mais il connaît deux grands passages à vide, entre 1963 et 1965, et entre 1968 et 1969. Il revint à la compétition en 1970, et gagna ensuite le championnat du monde 1972 contre Spassky, devenant alors 11e champion du monde.

Cependant, il se détourna des échecs, préférant vivre dans le luxe il organise de nombreuses conférences et simultanées. Il perd alors son titre par forfait en 1975, refusant de disputer le championnat du monde contre Anatoly Karpov. Il fut poursuivi par son pays, pour des raisons de fraude fiscales durant les années 90, ce qui l’obligea à chercher refuge en Islande, où il est mort en 2008.

Son style de jeu était très variable, mais en général, très dynamique.

fischer 1960.jpg
(Photo: Ulrich Kohls, – CC BY SA)

Anatoly Karpov (1951- Aujourd’hui)

Anatoly Karpov est un joueur d’échecs, homme politique et homme d’affaires russe. À l’âge de quatre ans, il apprend à jouer aux échecs, et 12 ans, il est admis à la grande école d’échecs de Botvinnik, à Moscou. Botvinnik aurait alors dit: “Ce garçon ne comprend rien aux échecs et il n’y a pas de futur pour lui dans cette profession.” C’est qu’il se trompait lourdement.

En 1969, à l’âge de 18 ans, Karpov devient champion du monde junior, et Maître International, puis Grand-Maître International, en 1971.

Il remporte, en 1974, le Tournoi des Candidats et devient alors challenger au titre mondial. Cependant, il n’aura pas à disputer de championnat puisqu’il gagne le titre par forfait, en 1975, devenant donc 12e champion du monde.

Durant la fin des années 70, et le début des années 80, il remporte de nombreux tournois, devant les meilleurs joueurs du monde.

En 1978, il doit affronter le dangereux Kortchnoi. Pour s’assurer de la victoire, il décide alors d’engager une véritable guerre psychologique, qui visait à déstabiliser son adversaire. Cette tricherie prit même des proportions démesurées et Kortchnoi décida de jouer avec des verres teintés pour éviter le regard de son adversaire. Finalement, Karpov remporta le match et conserva le titre.

Il défendit de nouveau son titre contre Kortchnoi en 1981. Cette fois, il gagna facilement le match.

En 1984, Kasparov fit son apparition au championnat du monde, pour affronter Karpov. Ce match, qui eut lieu à Moscou, fut le plus long de l’histoire. Aucun des deux ne parvint à se démarquer, et le match du être reporté après la 48e partie. La fin du match eut lieu en 1985, et se déroula en 24 parties. Kasparov remporta le match 13-11, et devint champion du monde. Karpov perdit ensuite le match-revanche à Londres, en 1986.

Il tenta ensuite de récupérer le titre, en 1987 à Séville, et en 1990 à New York. Il échoua à chaque fois: la première fois, sur une égalité 12-12, la deuxième fois, il perdit 12.5-11.5.

En 1993, Karpov put récupérer le titre, car Kasparov avait quitté la FIDE, abandonnant son titre.

Cependant, il reperdit son titre en 2001, au profit de Ruslan Ponomariov.

Depuis, Karpov s’est engagé politiquement dans la Douma (parlement russe), et a également fondé une compagnie pétrolière.

Il a aussi essayé de devenir président de la FIDE, mais a échoué.

Il est réputé pour son style de jeu très positionnel, et sa grande force en milieu de partie, qui se basait sur la restriction du contre-jeu adverse.

karpov1979.jpg

Garry Kasparov (1963- Aujourd’hui)

Garry Kasparov est un joueur d’échecs et politicien russe, et croate depuis 2014.

En 1980, à l’âge de 17 ans, il devient champion du monde junior et Grand-Maître International. L’année suivante, il remporte le championnat d’URSS et se qualifie pour le Tournoi des Candidats qu’il remporte également, en 1983.

Il affronte alors Karpov lors d’un long match qui ne se finira qu’en 1985 après 72 parties. Kasparov qui a gagné le match devient alors le 13e champion du monde.

Il défendit son titre victorieusement en 1986, 1987, et 1990, contre Karpov.

Cependant, Kasparov rompt avec la FIDE, en 1993, et crée sa propre fédération: la PCA (Professional Chess Federation). Il organise alors ses propres championnats du monde, et reste champion du monde non-officiel jusqu’en 2000, où il est battu par Vladimir Kramnik. Il reconnaît finalement, en 2006, s’être trompé en quittant la FIDE, et se retire des tournois. Il a également affronté le super-ordinateur Deep Blue, qui l’a battu en 1997.

Kasparov a ensuite entraîné le futur champion du monde, Magnus Carlsen, en 2009, et a été candidat à la présidence de la FIDE, mais n’a pas été élu.

Par la suite, il s’est engagé politiquement dans l’opposition au président Poutine, notamment, comme dirigeant du mouvement l’Autre Russie, un mouvement d’opposition. À cause de cela, il a subi plusieurs arrestations et interpellations. C’est pourquoi, il a fui en Croatie, puis à New York, où il vit aujourd’hui avec ses cinq gardes du corps. Il a aussi fondé l’ONG “Human Rights Foundation”, en 2013.

Kasparov est surtout connu pour ses grandes connaissances des ouvertures, mais aussi pour son manque de fair-play: il a triché lors de deux parties importantes (en 1994 et 2016), il a quitté l’aire de jeu illégalement lors d’un tournoi prestigieux (2004), et a quitté un tournoi plutôt que de reconnaître sa défaite (2003).

Kasparov-27.jpg
(Photo: Owen Williams, The Kasparov Agency. / CC BY-SA)

Vladimir Kramnik (1975- Aujourd’hui)

Vladimir Kramnik est un joueur d’échecs russe, qui vient de se retirer suite à un mauvais tournoi, en 2019. À l’âge de seize ans seulement, Kramnik devient champion du monde junior, et à 17 ans, il obtient le titre de Grand-Maître International, suite à une superbe performance lors des olympiades à Manille (Philippines). Dans les années 90, il remporta de nombreux grands tournois, et surpassa même Kasparov, le champion du monde. Il est ensuite choisi, en 2000, pour affronter Kasparov en championnat du monde. Ce match sera un succès pour lui, puisqu’il parvint à surprendre Kasparov et à le battre, devenant ainsi champion du monde PCA.

Il défendit ensuite son titre contre Peter Lékò en 2004, mais subit ensuite de graves problèmes de santé en 2005-2006. Il revient finalement sur la scène mondiale, par sa superbe performance aux olympiades 2006. Il gagna ensuite le championnat du monde contre Topalov (champion du monde FIDE) lors de la réunification du titre (PCA et FIDE).

Pour déterminer qui serait alors le champion du monde officiel, un tournoi fut organisé à Mexico en 2007. C’est l’Indien Anand qui remporta le match et devint champion. Kramnik perdit ensuite le match-revanche en 2008. Cependant, il disputa encore plusieurs tournois des Candidats, mais ne parvint plus à se qualifier pour le championnat du monde. Kramnik est avant tout réputé pour son jeu positionnel et technique presque sans fautes, et sa grande compréhension des finales.

Vladimir_Kramnik_1,_Candidates_Tournamen
(Photo: Vladimir Barskij / CC BY-SA)

Viswanathan Anand (1969- Aujourd’hui)

Viswanathan Anand est un joueur d’échecs indien, Maître International à 15 ans.

En 1987, il remporte le championnat du monde junior, et devient Grand-Maître International l’année suivante. Dans les années 90 et le début des années 2000, il remporte de nombreux tournois prestigieux tels que le tournoi de Linares, ou encore celui de Wijk aan Zee.

En 2003, il devient champion du monde de rapides, et en 2007, il remporte le tournoi de Mexico qui lui permet de devenir champion du monde.

Anand défend ensuite son titre contre Kramnik, en 2008, contre Topalov en 2010, et contre Gelfand en 2012.

Ceüendant, il doit, en 2013, affronter le prodige norvégien Magnus Carlsen.

Il perd le match sur le score de 6.5-3 sans gagner une seule partie.

L’année suivante, il gagne le Tournoi des Candidats et affronte Carlsen à Sotchi, mais celui-ci le bat une nouvelle fois, sur le score 6.5-4.5.

Depuis, Anand n’a pas réussi à se maintenir dans le top 10 mondial, et n’est pas parvenu à rejouer un championnat du monde.

Il est surtout connu pour son excellente vision tactique, et sa grande rapidité de calcul.

Viswanathan_Anand_(2016).jpeg
(Photo: Wolfgang Jekel / CC BY )

Magnus Carlsen (1990- Aujourd’hui)

Magnus Carlsen est un joueur d’échecs norvégien, champion du monde actuel, et n°1 mondial.

Carlsen apprend à jouer à cinq ans, et dispute son premier tournoi à huit ans.

Il devient champion de Norvège dans sa catégorie, à l’âge de neuf ans.

En 2002, il finit deuxième au championnat du monde des moins de 12 ans, et 13e au championnat du monde des jeunes (toutes catégories confondues).

Il obtint ensuite le titre de Grand-Maître International à 13 ans seulement, et finit deuxième au championnat national (toutes catégories).

Entre 2005 et 2010, il remporte de nombreux tournois, dont le prestigieux tournoi de Wijk aan Zee (Pays-Bas). En 2009, il réalise lors d’un tournoi, une extraordinaire performance, à plus de 3000 ELO !

La même année, il devient n°1 mondial au classement ELO, à 19 ans, et devient aussi champion du monde en blitz.

En 2013, il devient champion du monde, en battant Vishy Anand.

Il défend ensuite son titre contre Anand en 2014, contre Karjakin en 2016, et contre Caruana en 2018. Cette année, il devra également défendre son titre contre le vainqueur du Tournoi des Candidats, reporté à l’automne.

Il est actuellement invaincu depuis 121 parties !

Magnus_Carlsen_2013-05-24_001.jpg
(Photo: Catharina Caprino / CC BY)