A propos du jeu d’échecs en général :

“Pour moi, les échecs ne sont pas un jeu, mais un art”

Alexander Alekhine (1892-1946), 4e champion du monde

“Les échecs sont l’art d’analyser”

Mikhail Botvinnik (1911-1995), 5e champion du monde

“Les échecs, c’est l’imagination”

David Bronstein (1924-2006), Grand-Maître International

“Le jeu d’échecs est comme rejeté hors du temps”

Antoine de St-Exupéry (1900-1944), écrivain (auteur du Petit Prince, entre autres)

“Nous devons nous assurer que les échecs ne deviennent pas comme une langue morte, très intéressante, mais pour un groupe très restreint.”

Sytze Faner (1937-aujourd’hui), politicien et écrivain néerlandais

“Mais n’est-ce pas déjà l’insulter injurieusement que d’appeler les échecs un jeu ?”

Stefan Zweig (1881-1942), célèbre écrivain autrichien des années 20 et 30, et auteur du livre Le joueur d’échecs

“Le jeu d’échecs possède cette remarquable propriété de ne pas fatiguer l’esprit et d’augmenter bien plutôt sa souplesse et sa vivacité.”

Stefan Zweig dans Le joueur d’échecs (p.66)

“Les Échecs ne sont pas pour les âmes timides. Ils requièrent un homme entier, qui ne s’arrête pas aveuglément à ce qui a été déjà établi, mais qui tente individuellement de sonder les profondeurs du jeu.”

Wilhelm Steinitz (1836-1900), 1er champion du monde

“Roi des jeux et jeu des rois, les échecs portent en eux un sentiment d’infini. Ils donnent à celui qui s’est efforcé d’en approfondir les arcanes l’impression de n’être pas à la mesure de l’homme; en fait, ils constituent un résumé de l’univers.”

Pyrame

“Les échecs, c’est la lutte contre l’erreur.”

Johannes Zukertort (1842-1888), grand joueur polonais du XIXe siècle qui affronta lasker lors du premier championnat du monde

“Les échecs sont une boxe mentale”

Jan Timman (1951-aujourd’hui), Grand-Maître International néerlandais

“Les échecs sont un conte de fées de 1001 gaffes.”

Xavier Tartakover (1887-1956), grand joueur et théoricien franco-polonais du début du XXe siècle

“Les échecs ; un objet d’amusement sérieux dans lequel j’ai acquis quelque réputation.”

Francois-André Danican Philidor (1726-1795), joueur français du XVIIIe siècle, et l’un des premiers théoricien

“Les échecs sont un jeu par leur forme, un art par leur essence et une science par sa difficulté d’acquisition. Ils peuvent vous procurer autant de plaisir qu’un bon livre ou une belle musique, mais vous n’aurez une réelle joie que si vous arrivez à bien jouer.”

Tigran Petrosian (1929-1984), 9e champion du monde

“Les échecs mettent en conflit, non pas deux intelligences, mais deux volontés.”

Emmanuel Lasker (1868-1941), 2e champion du monde

“Les échecs sont un langage international”

Emmanuel Lasker (1868-1941), 2e champion du monde

“La victoire dans une partie d’échecs appartient la plupart du temps à celui qui voit un peu plus loin que l’adversaire.”

Emmanuel Lasker (1868-1941), 2e champion du monde

“Les échecs sont un sport”

Raymond Keene (1848-aujourd’hui), Grand-Maître International et arbitre anglais

“Il n’y a pas de sport plus violent que les échecs”

Garry Kasparov (1963-aujourd’hui), 13e champion du monde

“Les échecs, c’est un combat”

Emmanuel Lasker (1868-1941), 2e champion du monde

“Les échecs sont et restent toujours un combat, un combat intégral comme la boxe, la lutte ou un autre sport, et où il doit y avoir un vainqueur et un vaincu.”

Emil Diemer (1908-1990), joueur d’échecs allemand du milieu du XXe siècle

“Vous vous battez à la mort dans une partie d’échecs. Vous essayez d’utiliser toutes vos compétences, vos armes, vos capacités pour gagner la guerre. Beaucoup de personnes ne se rendent pas compte de la profondeur du jeu d’échecs.”

Maurice Ashley (1966-aujourd’hui), Grand-Maître International américain

“Les échecs sont affaire de jugement sensible. Savoir quand frapper et quand esquiver.”

Robert James (ou Bobby) Fischer (1943-2008), 11e champion du monde

“Les échecs sont une épreuve de volonté”

Paul Kérès (1916-1975), Grand-Maître International estonien, et l’un des plus grands joueurs des années 30

“Le plus grand jeu de l’esprit jamais inventé, plus vous l’apprenez, plus vous y prenez du plaisir.”

Garry Kasparov (1963-aujourd’hui), 13e champion du monde

“Les échecs c’est un art”

Garry Kasparov (1963-aujourd’hui), 13e champion du monde

“On n’a jamais que l’âge auquel on a commence à jouer aux échecs, car après on cesse de vieillir.”

José Raùl Capablanca (1888-1942), 3e champion du monde

“Si nous pouvions voir dans le cerveau d’un joueur d’échecs, nous y verrions tout un monde de sentiments, d’images, d’idées, d’émotion et de passion.”

Alfred Binet (1857-1911), pédagogue et psychologue français du XIXe siècle

“Tout change constamment, y compris dans le monde des échecs”

Mikhail Botvinnik (1911-1995), 5e champion du monde

“Le jeu d’échecs prendra une importance accrue du fait qu’il combine plusieurs caractéristiques essentielles de la civilisation future.”

Jacques Attali (1943-aujourd’hui), écrivain français et politicien sous le gouvernement de François Mitterrand

A propos de la manière de jouer aux échecs (conseils pratiques) :

“La partie est beaucoup plus importante que le résultat final.”

Alexei Shirov (1972-aujourd’hui), Grand-Maître International letton et joueur de l’élite mondiale durant les années 90

“On n’a jamais gagné une partie en abandonnant.”

Xavier Tartakover (1887-1956), grand joueur et théoricien franco-polonais du début du XXe siècle

“Aucun coup ne doit être joué sans but.”

Pedro Damiano (1480-1544), joueur portugais de la Renaissance, un tableau de mat porte son nom

“Il vaut toujours mieux jouer un plan faux de façon logique que de n’avoir pas de plan du tout.”

Viktor Kortchnoi (1931-2016), Grand-Maître soviétique et joueur de l’élite mondiale pendant près de 60 ans, multiple champion d’URSS, et deux fois challenger au titre mondial.

“Un plan correct fait de nous des héros ; l’absence de plan fait de nous des zéros.”

Alexander Kotov (1913-1981), auteur reconnu de littérature échiquéenne, Grand-Maître International soviétique et plusieurs fois champion d’URSS

“La conception d’un plan est le processus par lequel un joueur exploite les avantages de sa position tout en s’efforçant d’en réduire au minimum les inconvénients. Afin de garantir le succès, un plan doit toujours se fonder sur un diagnostic objectif des particularités d’une position. La conception d’un plan est d’autant plus difficile que la position est équilibrée, et grandement facilitée lorsqu’il n’existe qu’un seul plan susceptible de répondre aux exigences de la position.”

Harry Golombek (1911-1995), Grand-Maître International britannique et trois fois champion de Grande-Bretagne

“La menace est plus forte que l’exécution.”

Aaron Nimzowitsch (1886-1935), grand joueur d’échecs des années 20 et 30, et l’un des plus importants théoriciens des échecs

“Aidez vos pièces, elles vous aideront”

Paul Morphy (1837-1884), joueur d’échecs américain, l’un des plus grands joueurs du XIXe siècle

“Les échecs ont trois composantes : le temps, l’espace et le matériel en dernier”

Mikhail Tal (1936-1992), 8e champion du monde

“Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui n’en prend pas perd toujours.”

Xavier Tartakover (1887-1956), grand joueur et théoricien franco-polonais du début du XXe siècle

“On peut tirer plus d’utilité d’une partie perdue que de 100 parties gagnées”

José Raoul Capablanca (1888-1942), 3e champion du monde

“Cavalier au bord, cavalier mort.”

Anonyme

“Les ouvertures vous apprennent les ouvertures, les finales vous apprennent les échecs.”

Anonyme

“Quand on devient fort, l’important n’est plus de trouver les règles des positions, mais les exceptions.”

Anonyme

“Le thème de l’attaque double intervient d’une manière ou d’une autre dans l’immense majorité des combinaisons.”

Yuri Averbakh (1922-aujourd’hui), Grand-Maître International russe et auteur de livres d’échecs, plus vieux grand-maître encore en vie

“Même si l’adversaire joue le coup analysé précédemment, recommencez l’analyse en voyant la nouvelle position.”

Benjamin Blumenfeld (1884-1947), l’un des meilleur joueurs soviétiques avant la Première Guerre Mondiale

“Les échecs sont un jeu terrible. Si vous n’avez pas le centre, votre adversaire a une position plus libre. Par contre, si vous avez le centre, alors vous avez vraiment quelque chose pour laquelle vous inquiéter !”

Siegbert Tarrasch (1862-1934), grand joueur d’échecs et théoricien allemand du début du XXe siècle

“Lorsque vous avez trouvé un bon coup, cherchez-en un meilleur.”

Pedro Damiano (1480-1544), joueur portugais de la Renaissance, un tableau de mat porte son nom

“Ne tendez aucun piège pour le plaisir ! Ne jouez rien dans l’espoir que l’adversaire réagisse de façon stupide ! Prenez toujours pour acquis que l’adversaire va trouver le meilleur coup ! Ne jouez jamais de coup dans l’espoir que l’adversaire ne voie pas la menace ! Chacun de vos coups doit améliorer la position d’une façon ou d’une autre.”

Aaron Nimzowitsch (1886-1935), grand joueur d’échecs des années 20 et 30, et l’un des plus importants théoriciens des échecs

“Lorsque vous vous retrouvez devant une position atroce, ne tendez pas un ultime piège dérisoire avec l’intention d’abandonner si l’adversaire le déjoue ! Faites-vous plutôt un devoir de résister comme si votre vie en dépendait. Jouez le coup qui vous déplairait au centuple si vous étiez dans la peau de votre tortionnaire !”

Aaron Nimzowitsch (1886-1935), grand joueur d’échecs des années 20 et 30, et l’un des plus importants théoriciens des échecs

“Les cavaliers se révèlent fort utiles dans les positions fermées. D’habitude, les fous sont un peu plus forts que les cavaliers dans les positions ouvertes. Qu’on le veuille ou non, il restera toujours des exceptions !”

Aaron Nimzowitsch (1886-1935), grand joueur d’échecs des années 20 et 30, et l’un des plus importants théoriciens des échecs

“Pour se monter efficace, un cavalier a besoin d’avant-postes ! Les cavaliers font les meilleurs “bloqueurs” de pions passés.”

Aaron Nimzowitsch (1886-1935), grand joueur d’échecs des années 20 et 30, et l’un des plus importants théoriciens des échecs

“Donnez-moi un cavalier en 6e rangée et je gagnerai toutes mes parties.”

Wilhelm Steinitz (1836-1900), 1er champion du monde

“Une confiance aveugle en des principes élevés au niveau de dogmes freine la croissance personnelle, aux échecs comme dans tout autre domaine.”

Aaron Nimzowitsch (1886-1935), grand joueur d’échecs des années 20 et 30, et l’un des plus importants théoriciens des échecs

“Même si gagner du matériel vous excite, n’acceptez aucun sacrifice qui fasse cadeau de votre initiative à l’ennemi.”

Aaron Nimzowitsch (1886-1935), grand joueur d’échecs des années 20 et 30, et l’un des plus importants théoriciens des échecs

“Après avoir gagné du matériel, modérez vos ardeurs. Pensez plutôt à tout protéger, à renforcer vos points faibles, à coordonner à nouveau vos pièces. Ensuite seulement, vous déclencherez l’assaut final.”

Aaron Nimzowitsch (1886-1935), grand joueur d’échecs des années 20 et 30, et l’un des plus importants théoriciens des échecs

“Toutes les manœuvres exécutées sur une colonne ouverte ont pour but ultime l’intrusion définitive sur la septième ou la huitième rangée, en plein cœur de la position ennemie.”

Aaron Nimzowitsch (1886-1935), grand joueur d’échecs des années 20 et 30, et l’un des plus importants théoriciens des échecs

“Vous n’êtes pas toujours obligé de jouer le meilleur coup. Un coup doit être actif, entreprenant, correct et beau.”

David Bronstein (1924-2006), Grand-Maître International

“Le pion est l’âme des échecs.”

Francois-André Danican Philidor (1726-1795), joueur français du XVIIIe siècle, et l’un des premiers théoricien

“Un pion isolé assombrit tout l’échiquier.”

Xavier Tartakover (1887-1956), grand joueur et théoricien franco-polonais du début du XXe siècle

“Votre seul travail dans les ouvertures, c’est d’obtenir un milieu de partie jouable.”

Lajos Portisch (1937-aujourd’hui), Grand-Maître International hongrois et joueur de l’élite pendant les années 80.

“Le talent, c’est 99 % de travail et 1 % d’inné.”

Gata Kamsky (1974-aujourd’hui), Grand-Maître International américain, cinq fois champion des États-Unis, et challenger au titre mondial, en 1996

“En blitz, le cavalier l’emporte sur le fou.”

Vlastimil Hort (1944-aujourd’hui), Grand-Maître International allemand

“Ce qui caractérise les parties de combat, c’est que si le défenseur a constamment de difficiles problèmes à résoudre, l’attaquant doit chercher sans relâche de nouvelles possibilités d’attaque.”

Alexander Koblencs (1916-1993), entraîneur, auteur, et Maître lituanien

“Le roi est une pièce forte. Utilisez-le.”

Reuben Fine (1914-1993), Grand-Maître International américain et joueur de l’élite durant les années 20 et 30, mais aussi auteur de littérature échiquéenne

“À chaque nouveau coup l’échiquier est transformé.”

Un maître anonyme

“Je considère la neutralité comme une maladie grave.”

Viktor Kortchnoi (1931-2016), Grand-Maître soviétique et joueur de l’élite mondiale pendant près de 60 ans, multiple champion d’URSS, et deux fois challenger au titre mondial.

A propos d’un joueur :

“Si je n’étais pas le meilleur aux échecs, je serais le meilleur dans quelque chose d’autre”.

Anatoly Karpov (1951-aujourd’hui), 12e champion du monde

“Le fort joueur d’échecs Emmanuel Lasker est un homme doté d’un cerveau aux capacités extraordinaires qu’il gâche inutilement devant un échiquier au lieu de s’en servir à des fins hautement plus importantes.”

Albert Einstein (1879-1955), célèbre physicien allemand du XXe siècle à l’origine de la théorie de la relativité, et lauréat du prix Nobel de physique 1921

“Je gagne avec les blancs car j’ai l’avantage de commencer, et je gagne avec les noirs car je m’appelle Bogoljubov.”

Efim Bogoljubov (1889-1852), maître soviétique et deux fois challenger au titre mondial (contre Alekhine)

“Plusieurs personnes se sont demandées comment Tal faisait pour gagner… En fait, c’est très simple ! Il met ses pièces au centre de l’échiquier et les sacrifie quelque part !”

David Bronstein (1924-2006), Grand-Maître International

“Comment voulez-vous qu’une fille normale ait envie de sortir avec un type qui réfléchit pendant plus de deux heures avant d’ébaucher le plus petit geste du bout des doigts ?” (expliquant pourquoi Robert Fischer n’arrivait pas à se marier)

Dick Cavett (1936-2010), comédien, écrivain, et présentateur de télévision

“Il essaya de se convaincre lui-même de pouvoir éviter toute erreur et de ne jamais perdre. Quelle horreur !” (à propos de Robert James Fischer)

Garry Kasparov (1963-aujourd’hui), 13e champion du monde

“Karpov est une pièce de musée”

Garry Kasparov (1963-aujourd’hui), 13e champion du monde

“Fischer est le meilleur joueur du monde et Karpov n’est qu’un joueur de bistrot.”

Garry Kasparov (1963-aujourd’hui), 13e champion du monde

“Le Dr Tarrasch écrit sur les échecs, les explique et joue selon ses analyses, c’est là sa faute.” (à propos de Siegbert Tarrasch)

Emmanuel Lasker (1868-1941), 2e champion du monde

“L’amour du jeu des échecs chez le Dr Tarrasch prend sa source dans sa vénération pour les qualités mystiques problématiques (énigmatiques) du jeu et sans être conscient de cela, il s’appuie toujours sur la solidité de la structure logique du jeu des échecs, solidité qu’il estime trop considérable et cela sans que rien ne l’y autorise, il bâtit de grands monuments sur des fondations peu sûres (incertaines).”

Emmanuel Lasker (1868-1941), 2e champion du monde

“J’ai connu beaucoup de joueurs d’échecs mais un seul génie : Capablanca.”

Emmanuel Lasker (1868-1941), 2e champion du monde

“- Préférez-vous une dame de plus aux échecs ou dans la vie ?”

“- Ça dépend de la position.”

Boris Spassky (1937-aujourd’hui), 10e champion du monde … après son nouveau mariage

“Nous étions comme deux fous de couleurs opposées.”

Boris Spassky (1937-aujourd’hui), 10e champion du monde … à propos de son divorce

“Les échecs, c’est ma vie, mais ma vie ce n’est pas seulement les échecs.”

Anatoly Karpov (1951-aujourd’hui), 12e champion du monde

“Il n’y a pas de victoire sans perte. Mais si tu pleures, je ne joue plus avec toi.” (à Anatoly Karpov)

Le père d’Anatoly Karpov

A propos des échecs et de la vie :

“C’est une question de caractère. Beaucoup de gens perdent leur motivation très vite. D’autres, ils sont rares, peuvent la conserver très longtemps. J’aime les échecs, encore aujourd’hui je suis heureux d’analyser des parties. J’aime toujours gagner, je déteste encore perdre. Bien jouer est important pour mon intégrité intellectuelle et morale. Et puis les échecs vivent en ce moment une période historique grâce à internet. Ils se développent dans les systèmes éducatifs à travers le monde. Ils sortent de leur ghetto, et c’est mon rôle de mener à bien cette révolution.”

Garry Kasparov (1963-aujourd’hui), 13e champion du monde

“Sur notre planète, comme sur un jeu d’échecs, les cases blanches de la prospérité jouxtent les cases noires du malheur.”

Mikhaïl Gorbatchev (1931-aujourd’hui), secrétaire général de l’URSS de 1985 à 1991

“Il en est des opinions hasardées comme des pions qu’on met en avant dans le jeu d’échecs : elles peuvent être battues ; mais elles ont contribué au gain de la partie.”

Johann Wolfgang Von Goethe (1749-1832), écrivain et poète allemand de la fin du XVIIIe siècle, et du début du XIXe

A propos des ordinateurs :

“Je crois qu’il existe des manières très spécifiques de jouer efficacement contre une machine. Évidemment, nous n’avons aucune chance en tactique pure, parce que l’ordinateur calcule de façon parfaite. Mais lorsque nous faisons appel à notre cerveau en utilisant l’intuition et la compréhension, alors nous restons beaucoup plus fort”

Anatoly Karpov (1951-aujourd’hui), 12e champion du monde

“Aucun ordinateur ne me battra !”

Garry Kasparov (1963-aujourd’hui), 13e champion du monde

“Il n’y a pas eu de défaite parce que je ne crois pas que cet ordinateur ait jamais existé. IBM a triché en refusant d’imprimer les modes de recherche de la machine. C’est évident, pendant le match, des coups décisifs ont été joués par des êtres humains. Aujourd’hui, les meilleurs spécialistes en informatique ne peuvent toujours pas expliquer comment Deep Blue a pu jouer contre la logique des ordinateurs. IBM a gagné une guerre de communication, mais ils sont incapables de prouver que l’ordinateur a gagné tout seul.”

Garry Kasparov (1963-aujourd’hui), 13e champion du monde …après avoir perdu contre Deep Blue en 1999

Autres citations amusantes :

“A ce moment-là, je menaçais de comprendre la position !”

Clément L’Heureux

“- De quoi parliez-vous avec Monsieur Spassky ?”Un journaliste
“- Quand j’arrive, je lui dis bonjour ; quand je pars, je lui dis échec et mat.”Robert James Fischer

Interview de Fischer après l’une de ses parties contre Spassky

« – On pourrait écrire un livre sur les mauvais coups de Monsieur Capablanca, il n’en a pas fait beaucoup. »Eugène A. Znosko-Borovsky
« – On pourrait écrire un livre sur les bons coups de Monsieur Znosko-Borovsky, … »José Raul Capablanca

Dialogue entre José Raùl Capablanca et Eugène Znosko-Borovsky

“- Monsieur Steinitz !, s’était écrié un millionnaire, vous ne participez aux tournois que pour l’argent, alors que moi, je n’y viens que pour l’honneur.”

“- Chacun joue pour ce qu’il n’a pas .”

Wilhelm Steinitz (1836-1900), 1er champion du monde

“Il y a deux types de sacrifice : ceux qui sont corrects et les miens.”

Mikhail Tal (1936-1992), 8e champion du monde

“Je me trompe, donc je suis.”

Xavier Tartakover (1887-1956), grand joueur et théoricien franco-polonais du début du XXe siècle

“Seul un grand joueur sait à quel point il joue faiblement.”

Xavier Tartakover (1887-1956), grand joueur et théoricien franco-polonais du début du XXe siècle

“Le pat est la tragi-comédie des échecs.”

Xavier Tartakover (1887-1956), grand joueur et théoricien franco-polonais du début du XXe siècle

“Cette fois, je suis vraiment très, très mat.”

Xavier Tartakover (1887-1956), grand joueur et théoricien franco-polonais du début du XXe siècle … sur son lit de mort

« Ne dites pas : “J’ai fait un sacrifice de fou”, mais dites : “J’ai fait un sacrifice peu cavalier”. »

William Thomas

“De nos jours, si vous n’êtes pas un grand maître à 14 ans, vous ne le serez jamais.”

Viswanathan Anand (1969-aujourd’hui), Grand-Maître International indien et champion du monde sortant

“Le joueur d’échecs, c’est comme la peinture: s’il n’est pas brillant, il est mat.”

Proverbe francais